Sportnature.org

Please reload

Work in progress

Petite ceinture et Grand Âme

 

Il est des lieux sur Paris qui semblent passer inaperçus aux regards – telles les voies de chemin de fer – auxquelles on ne prête guère d’attention. Ce sont des lieux de passage de train comme il en existe tant sur Paris et en Région Parisienne, seulement, il ne s’y passe rien, du moins, plus aucun train n’y passe. C’est ce qui fait tout l’attrait de la Petite Ceinture et qu’ont bien compris les grapheurs et autres urbex - explorateurs urbains - en recherche d’endroits insolites et décalés. Ici, la rumeur sourde et lointaine des rues parisiennes se mêle au bruissement des herbes folles et au rythme des pas sur le ballast, comme si le promeneur accédait à des éclats et échos mémoriels d’un passé lointain. En tant que fragment d’espace et de temps suspendu, encore à ce jour, la Petite Ceinture remplit le rôle des ruines romantiques. Fraîchement arrachée à la frénésie industrielle et soumise aux incessantes vagues d’évolution, la Petite Ceinture est devenue un lieu de mémoire et d’abandon.

Bâtie entre 1852 et 1869, la Petite Ceinture, propriété historique du Réseau Ferré de France, fut le témoin de la restructuration du Paris haussmannien et de l’avènement de la ville moderne au tournant du XXème siècle. Une modernité technique chassant l’autre, l’électricité et le moteur à explosion succédant à la vapeur, la boucle de 35 km ponctuée d’une vingtaine de stations fut victime des dessertes plus centrales du métro et de l’avènement du Bus (l’actuel PC pour nos lecteurs parisiens). On l’a reconvertie, alors, au transport du fret.

Mais inlassablement, la modernité confrontant toutes choses à sa propre obsolescence et disparition sème derrière elle son cortège de ruines. La SNCF qui l’exploitait décida en 1993 de fermer son trafic. Hormis quelques tronçons cédés à des projets immobiliers, jardins associatifs et en appoint de l’infrastructure ferroviaire, cette boucle, qui ne mène plus nulle part, demeure en friche. La dernière concertation en date, qui eut lieu fin 2012 - début 2013, croisant acteurs politiques parisiens et d’Île de France, milieux associatifs, riverains et think tanks, démontre une volonté unanime de préserver le caractère exceptionnel du site. Il en ressortirait deux axes principaux mixant projets de transports de voyageurs et de marchandises – métro, tramway, train – et projets « verts » – promenade plantée et piste cyclable –. C’est au conseil d’administration du STIF constitué de la région Île-de-France, de la ville de Paris, des départements franciliens et des inter-communalités qu’il appartiendrait de décider de son sort, mais pour l’instant, nous restons dans l’expectative. On peut supposer que la campagne municipale de la ville de Paris qui fait rage actuellement, ainsi que les sommes colossales investies dernièrement dans le Grand Paris, ne sont pas étrangères à ce statu quo.

Il semble que ce gel actuel de toute décision soit une chance pour la Petite Ceinture. Depuis cet arrêt providentiel, elle est devenu un espace disponible pour la reviviscence de la faune et de la flore urbaines, afin de rentrer dans ce complexe et lent processus que décrit le paysagiste Gilles Clément par « paysage en mouvement » ou « tiers paysage ». Un lieu qui, on l’espère, connaîtra ce qu’humus et grouillement de la vie veulent dire au sens fort du terme… Ce processus est déjà engagé et la campagne à Paris, peut-être, deviendra-t-elle une expression qui prendra tout son sens. En considérant cet espace comme vacant – mais néanmoins interdit au public – et propice au redoublement, la petite ceinture disposerait d’une seconde chance. Selon un ancrage imaginaire et toutes proportions gardées, la Petite Ceinture remplirait sur Paris le même rôle que la forêt et la montagne au Japon. Ainsi ces figures que sont les Ronins et vagabonds errant en quête de quelques aventures et refuges, les sorciers ourdissant à l’abri des regards indiscrets leur sort, ou ces sages méditant et conversant avec les divinités animistes, ne sont pas si éloignés des personnages hauts en couleur qui fréquentent la Petite Ceinture. Les esprits divinisés ou forces de la nature, au Japon les kamis, ou leurs pendants latins les genuis loci, y demeurent si l’on sait les débusquer.

Ainsi, il est des lieux potentiellement habitables qu’il faudrait laisser inhabités. La Petite Ceinture nous offre l’opportunité d’entretenir un rapport au monde urbain différent et d’exercer selon l’expression de l’anthropologue Michel Leiris un « regard oblique », un regard attentif dénué de volonté de maîtrise de son environnement. Apprendre à laisser les choses vivre par elles-mêmes, accorder à la nature une re-naissance, tel est l’ultime enseignement de cette Grande Ceinture.

 

Frédéric Lebas

Pour la revue Internationale CACAO EUROPE, numéro : Paris & Renaître

Please reload