Crédits : conception et graphisme du site, mise en page et graphisme de la revue, conception du logo :

NODE Contact : Frédéric Lebas fredsable@ymail.com

Référent : F. Lebreton

Mots clés : Naturbanité, écologie corporelle, cultures urbaines, pratiques récréatives

Comment la ville, et les espaces urbains de manière générale, sont-ils investis par les pratiques récréatives ? Ce questionnement pose les bases d’une réflexion plus large sur les pratiques corporelles qui relèvent d’un processus interactionnel entre les corps et les milieux naturels et sociaux. Les contributions devront décrire, comparer et objectiver les pratiques corporelles qui « habitent » les milieux urbains. Quelles relations sont envisagées et pour quelles finalités ? Pour ce faire, les thèmes abordés seront prioritairement axés sur une approche écologique de l’homme dans son milieu urbain et les processus d’habitabilité évoquant l’idée d’une nature spécifique à la métropole et à cet environnement : la « naturbanité ». Cette brève présentation doit servir de point de repère pour inviter les chercheurs à collaborer sur ce thème de recherche

L’urbex, une dissidence récréative

en “nature” urbaine

Florian Lebreton

Maitre de Conférences, Département STAPS, Université du Littoral Côte d’Opale, Laboratoire Territoires, Villes, Environnement et Société (EA 4477) Maison de la Recherche en Sciences de l’Homme

 

Résumé. L’urbex (exploration urbaine) est une activité qui consiste à explorer l’espace urbain et à pénétrer dans des lieux et sites aujourd’hui abandonnés (bâtiments publics et privés, hôpitaux, usines, toitures...), situés en marge de toute planification urbaine. L’urbex consiste à transgresser les interdits qui réglementent l’accès à ce type de bâtiments (piratage spatial) ; elle illustre un “tourisme” d’aventure alternatif réinventé par la périphérie, participant des cultures récréatives dissidentes. L’urbex nous fournit alors une grille de lecture dans le champ des “habiter” récréatifs, c’est-à-dire les usages inhabituels de sites et “lieux” urbanisés prenant leurs racines dans une expérience underground. Dans ce registre, le thème de l’urbanité ludique caractérise cette “(re)conquête” des questions environnementales par la sociologie. Dans un contexte d’écologisation de la société, ce thème apparaît pertinent pour saisir les contours actuels de l’expérience spatiale, corporelle ou ludo-sportive.